Mises en chantier en mars en milieu urbain. Le Québec s’en tire bien

Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier d’habitations au Canada s’est élevé à 197 300 en mars 2010.

« La modération du rythme des mises en chantier d’habitations en mars s’explique par la baisse survenue dans le segment des logements collectifs, où l’activité peut varier beaucoup. L’effet de cette baisse a été atténué par la hausse observée du côté des maisons individuelles et dans les régions rurales, » a dit Bob Dugan, économiste en chef au Centre d’analyse de marché de la SCHL.

La baisse dans le segment des logements collectifs au Canada dont parle M. Dugan ne s’applique cependant pas au Québec, qui a connu une hausse de 28%, passant de 1 800 mises en chantier en mars 2009 à 2 297 en mars 2010. Ce sont les régions métropolitaines de recensement de Trois-Rivières (de 10 à 343), de Québec (de 82 à 320), de Sherbrooke (de 36 à 66) et du Saguenay (de 6 à 21) qui ont agi comme locomotive dans ce secteur, car le nombre de mises en chantier de logements collectifs dans la grande région de Montréal, qui représente, bon an mal an, les trois-quarts des mises en chantier au Québec, a régressé de 12%, passant de 1411 à 1239.

Fait à noter, en mars 2010, le nombre estimé de mises en chantier au Québec dans les centres de 10 000 habitants et plus, tous types d’habitations confondus, a été supérieur à celui de l’Ontario.

RÉSIDENCES POUR PERSONNES ÂGÉES À VENDRE – CLIQUER ICI

bcBRP 34.2

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :