GÉOGRAPHIE DU PARC IMMOBILIER QUÉBÉCOIS DESTINÉ AUX AÎNÉS

Par Lucie Desrosiers
Consultante en affaires immobilières résidentielles

Le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a recensé les résidences pour personnes âgées sur son territoire. Le décompte pour 16 régions du Québec s’élève à 2 229 résidences réparties entre des résidences à but lucratif (1 940) et non lucratif (272), des coopératives (7), des communautés religieuses (7), des habitations à loyer modique (3). Le parc immobilier des résidences pour aînés rassemble 106 295 unités de logement locatives, distribuées entre des appartements et des chambres, néanmoins, de ce recensement sont exclues les places négociées par ententes contractuelles avec les établissements du réseau de la santé. Pour la même période selon l’Institut de la statistique du Québec, 1 170 411 personnes âgées de 65 ans et plus résident au Québec. Bref, dans la province pour 100 personnes de 65 ans et plus, neuf unités de logement spécifiques leurs sont dédiées, c’est-àdire un taux de pénétration de 9%. Mais qu’en est-il pour chacune des régions du Québec?

Répartition des résidences et des unités de logement par région

Le tableau qui suit présente par région le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus, le nombre de résidences et d’unités de logement ainsi que le taux de pénétration conséquent.

Les données indiquent des ratios d’unités de logement pour aînés les plus élevés dans les régions de la Mauricie – Centre du Québec, Estrie, Laval et dans le Bas-Saint-Laurent. En Mauricie, le secteur de Trois-Rivières s’est développé dans le marché privé des résidences pour aînés dans la dernière décennie, de même pour la localité de Sherbrooke en Estrie. Laval regroupe proportionnellement moins de résidences mais ce sont des campus pour retraités de taille imposante. Dans le Bas-Saint-Laurent, le réseau communautaire est très actif et de nombreuses résidences sont sans but lucratif.

Les parcs de résidences des régions du Saguenay – Lac Saint-Jean, Capitale Nationale, Montréal, Outaouais, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Laurentides et Montérégie cumulent entre 7 et 9 unités de logement par groupe de 100 personnes de 65 ans et plus.

Les régions de la Côte-Nord, Nord-du-Québec, Abitibi-Témiscamingue et Gaspésie – Îles-dela- Madeleine comptent très peu d’installations réservées aux aînés et la proportion de résidences à but non lucratif y est bien supérieure à celle de l’ensemble du Québec, mais il est vrai que ces dernières régions sont vastes, les populations dispersées, le climat assez rigoureux, si bien que les promoteurs privés s’y font plus rares.

Singularité provinciale

Les parcs de résidences pour aînés les plus élaborés au Québec en fonction des populations se situent premièrement dans les agglomérations régionales d’importance : Trois-Rivières, Sherbrooke et Laval par exemple. Les régions de Montréal et de Québec offrent relativement des possibilités d’hébergement similaires à celles du Saguenay – Lac Saint-Jean et Lanaudière. Toutes proportions gardées, les régions nordiques et les secteurs locaux excentres disposent de moins de ressources. Le parc immobilier québécois destiné aux aînés est concentré dans le sud-ouest et le centre du territoire, tout comme sa population.

ldBRP 37.3

RÉSIDENCES POUR PERSONNES ÂGÉES À VENDRE – CLIQUER ICI

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :